PENSÉE DE LA SEMAINE :

« Chacun se dit ami: mais fou qui s'y repose;
Rien n'est plus commun que le nom,
Rien n'est plus rare que la chose. »

Jean de La Fontaine


« Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient. »
(Matt 25, 24 - 25)

Réflexion de la semaine

L’importance du quotidien

La parabole des talents, que l’évangile d’aujourd’hui nous présente, invite à considérer notre quotidien comme lieu privilégié de vécu évangile et pose la question à savoir ce que nous faisons des talents reçus.
Le Seigneur, dans ce texte, demande des redditions à ses serviteurs non pas sur les profits réalisés mais sur la gestion des biens.
Le seul qui est blâmé est celui qui n’a pas voulu s’engager à faire fructifier, d’une façon ou l’autre, les avoirs qui lui ont été confiés.
C’est peut-être par crainte de perdre l’argent, peur des responsabilités ou simplement le manque de motivation.
Ce texte est bien connu. Il m’invite cependant à faire un bilan de ce que j’ai fait des dons confiés par le Seigneur, développés grâce à l’amour donné et reçu, l’éducation et le travail accompli.
Ce qui nous est demandé n’est pas de faire la une des médias mais de donner le maximum de ce que nous sommes au quotidien dans la vie familiale, l’éducation des enfants, le travail bien fait et nos engagements au service de la société. C’est toute la question de la fécondité évangélique.
L’évangile de ce jour est aussi une occasion de regarder ce qui reste à accomplir selon les possibilités de chaque personne.
...
 
»»

Guignolée 2017 à
Ste-Colette
...

dim. 19 nov. 2017 ...

»»
Paroisse Ste-Colette - Heure d'adoration ...
du mar. au ven. à 12h30 ...

»»

 Unité pastorale Montréal-Nord